­

Sylvie Vincent, les innus et la tradition orale

Cet article s’inscrit dans la série qui présente le comité scientifique pour le renouvellement de l’exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec. Il y a quelques semaines, nous vous avions présenté Frédéric Laugrand.

_______________________________________________________________

Sylvie Vincent

Co-fondatrice de la revue Recherches amérindiennes au Québec, Sylvie Vincent est anthropologue et chercheure autonome. Elle a réalisé de nombreuses recherches portant, entre autres, sur l’analyse de l’image des Autochtones dans la société québécoise, sur l’histoire des Premières Nations du Québec et sur l’évaluation des impacts culturels et sociaux des grands projets nordiques.

 

Depuis le début des années 2000, elle dirige un projet de recherche sur la fréquentation et l’occupation de leurs territoires par les familles innues de Uashat – Mani-utenam et de Matimekush – Lac-John. Elle a également mené des enquêtes sur ce thème pour les Innus de l’Est du Québec. Elle s’intéresse depuis longtemps aux traditions orales algonquiennes, particulièrement à la tradition orale innue dont elle a recueilli beaucoup d’éléments. Cet intérêt pour les récits innus lui a permis de mieux comprendre le point de vue des Aînés sur l’histoire et notamment sur les premiers contacts avec les Européens.

 

SAVIEZ-VOUS QUE…

     

  • – À travers le site Innu Aitun, les Innus valorisent leur tradition orale.
  •  

  • Joséphine Bacon, réalisatrice, conteuse, artiste et porteuse de la tradition orale innue est aussi une poétesse reconnue.
  •  

  • – Par ses dossiers thématiques et ses numéros spéciaux, la revue Recherches amérindiennes au Québec participe depuis bientôt 40 ans à une meilleure compréhension des sociétés autochtones du Québec.
  •  

  • – Avec l’archéologue Yves […]

Frédéric Laugrand et les savoirs inuits

Cet article s’inscrit dans la série qui présente le comité scientifique pour le renouvellement de l’exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec. La semaine dernière, nous vous avions présenté Jacques Kurtness.

_______________________________________________________________

Jacques Laugrand

Professeur titulaire au Département d’anthropologie de l’Université Laval, Frédéric Laugrand affiche une grande sensibilité face aux savoirs locaux inuits. Sa connaissance du Nord sera mise à contribution pour le bénéfice du comité scientifique de la future exposition.

Frédéric Laugrand effectue des recherches dans plusieurs régions de l’Arctique en s’intéressant surtout à la réception du christianisme par les Inuit du Nunavut. Depuis 1997, il travaille avec des jeunes et des aînés dans le cadre d’activités de formation offertes par le Nunavut Arctic College et la Pulaarvik Kablu Association. Avec la collaboration de Jarich G. Oosten, professeur à l’Université de Leiden (Pays-Bas), il a organisé, au cours des dix dernières années, plusieurs ateliers dans des camps de chasse sur la transmission des expériences et des savoirs.

Les recherches actuelles de Frédéric Laugrand s’inscrivent dans les champs de l’anthropologie des religions, de l’anthropologie symbolique et de l’ethnohistoire. Ses projets de recherche impliquent plusieurs groupes autochtones. Ses travaux questionnent la fabrique du religieux, la transmission intergénérationnelle des pratiques et des savoirs et la mise en valeur des traditions et des histoires locales dans le cadre de stratégies de résistance. Il s’intéresse également aux questions touchant les pensionnats autochtones et l’éducation. Frédéric Laugrand démontre par ailleurs un vif intérêt pour l’anthropologie visuelle – il réalise actuellement plusieurs petits films sur le chamanisme inuit.

Sa passion pour l’art et la muséologie seront certes mis […]

Augustines : soigner le corps, réconforter l’âme

Entrer en communauté, choisir la vie cloitrée d’un monastère pour s’occuper des malades et des plus démunis, voilà qui définit brièvement le charisme des Augustines de la Miséricorde de Jésus. L’exposition Moi Augustine…femme d’action et de prière présentée au Musée de l’Amérique française jusqu’au 20 mars 2010 convie à la découverte de ces femmes visionnaires qui ont contribué à mettre en place les bases du système de santé québécois. Si répondre à cet appel est pour certaines, clair et sans ambiguïté, pour d’autres, il peut être parfois difficile à comprendre…

L’échange épistolaire qui suit est fictif. Il s’inspire très largement des liens et des conversations que nous avons eus avec les religieuses du monastère que nous avons côtoyées pendant près de dix huit mois.
__________________

 

Alice, ma sœur, mon âme,

Je t’écris aujourd’hui pour te dire ma peine et ma détresse. Maintes fois j’ai tenté de t’ouvrir mon cœur mais les mots restent coincés, me serrent tant la gorge, m’étranglent, forcent mes larmes. Depuis toujours tu es mon unique confidente, la gardienne de tous mes secrets et je sais mieux que quiconque déceler ta détresse. Mais voilà que quelque chose à changer. Tu as pris une décision sans prendre l’avis de personne. Pour la première fois de notre vie, tu m’as tenue à l’écart de ta réflexion. Ce n’est pas tant ce qui me chagrine, mais le choix que tu as fait qui me bouleverse profondément.
[…]

Jacques Kurtness, un intellectuel et homme politique ilnu

Cet article s’inscrit dans la série qui présente le comité scientifique pour le renouvellement de l’exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec. La semaine dernière, nous vous avions présenté Lisa Koperqualuk.

_______________________________________________________________

Jacques Kurtness

Originaire de Mashteuiatsh (Pointe-Bleue), communauté ilnue sur les rives du lac Saint-Jean, Jacques Kurtness combine engagement politique, carrière académique… et participation au comité scientifique d’Espaces autochtones.
Jacques Kurtness est élevé par ses grands-parents. Il grandit auprès d’un homme qui fut grand chef de sa communauté pendant 22 ans. Alors que les visites diplomatiques sont courantes, il puise dans cette période ses aptitudes pour la négociation et la représentation.
Détenteur d’un doctorat en psychologie de l’Université Laval, Jacques Kurtness est professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi de 1979 à 1999. Puis, il occupe le poste de directeur régional pour le Québec (négociations et mise en œuvre des ententes) pour le compte du ministère des Affaires indiennes et du Nord du Canada. Il agit également comme négociateur en chef du Conseil tribal Mamuitun de 1995 à 1997. Depuis 2002, il se joint à différentes équipes de recherche en milieu universitaire. Ses intérêts portent notamment sur la gouvernance, les nationalismes et l’éducation.
Sensible aux relations interculturelles entre autochtones et non-autochtones, il offre aujourd’hui son ouverture au service du comité scientifique d’Espaces autochtones.

 

EN SAVOIR UN PEU PLUS…

 

Innus ou Ilnus ?
Les deux termes signifient la même chose : être humain. On distingue les Ilnus de Mashteuiatsh des Innus des autres communautés.

 

Le Musée ilnu de Mashteuiatsh
Érigé en 1977 sur les rives du Pekuakami (Lac Saint-Jean), le Musée amérindien a […]

Lisa Koperqualuk et les Inuit du Nunavik

Cet article s’inscrit dans la série qui présente le comité scientifique pour le renouvellement de l’exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec. La semaine dernière, nous vous avions présenté Caroline Desbiens.

_______________________________________________________________

Lisa Koperqualuk

Membre et cofondatrice de l’Association des femmes inuites du Nunavik Saturviit, Lisa Koperqualuk a grandi avec ses grands-parents Lydia et Aisa Koperqualuk. Elle a vécu à Kuujjuaraapik, Kangirsuk et Puvirnituq avant de compléter ses études secondaires en Ontario. Elle s’est établie par la suite à Montréal pour étudier les sciences politiques à l’Université Concordia.

En 2002, elle est embauchée par la Société Makivik comme agente aux communications. Son travail l’amène à voyager dans le monde circumpolaire et son goût pour l’aventure l’entraîne en Afrique de l’Ouest pendant quatre ans. En 2005, elle se rend au camp de base de l’Everest. En 2007, elle décide de prendre deux années sabbatiques à Québec pour entreprendre des études graduées en anthropologie à l’Université Laval. Son sujet d’étude est sur le système de croyance chez les Inuit et l’influence de la croyance sur les décisions politiques chez les Inuit du Nunavik. Lisa est retournée chez Makivik pour travailler sur des dossiers spéciaux. Elle développe actuellement un projet de livre portant sur la justice traditionnelle inuite. Ce livre, qui sera édité par l’Institut culturel Avataq, s’inscrit dans la continuité d’un projet sur l’histoire des Inuit du Nunavik.

 

EN SAVOIR UN PEU PLUS…

Au Nunavik
10 000 Inuits vivent dans 14 villages. Voir les cartes.

 

Le Nunavik en musique : à vos casques !
Avec Élisapie […]

Caroline Desbiens et la géographie historique dans Espaces Premiers Peuples

Cet article s’inscrit dans la série qui présente le comité scientifique pour le renouvellement de l’exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec. La semaine dernière, nous vous avions présenté Suzy Basile.

_______________________________________________________________

Caroline Desbiens

Caroline Desbiens est professeure agrégée au Département de géographie de l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche en géographie historique du Nord. Elle détient une maîtrise en littérature comparée et un doctorat en géographie de l’Université de la Colombie-britannique (UBC). Suite à l’obtention de son doctorat en 2001, elle occupa un poste conjoint en géographie et études des femmes à l’Université de la Géorgie (UGA) près d’Atlanta.

Ses recherches portent aujourd’hui sur les dynamiques de l’humanisation du Nord québécois et sur l’impact de l’imaginaire nordique du Sud sur les relations entre autochtones et non-autochtones. Ses travaux font appel aux méthodes de la géographie historique. Caroline Desbiens cherche à comprendre les régimes autochtones d’occupation du territoire ainsi que leur métissage avec des modes de relation au territoire propres à la société industrielle. Elle vise à faire ressortir l’impact de ce métissage sur les politiques contemporaines de protection et d’utilisation des ressources. Elle prépare présentement un ouvrage basé sur ses recherches de doctorat intitulé « Power from the North : the culture of hydroelectricity in Québec ».

EN SAVOIR UN PEU PLUS…

LE TERRITOIRE ANCESTRAL

des Cris est le Eeyou Istchee. Les Cris sont politiquement représentés par le Grand conseil des Cris.

NEUF COMMUNAUTÉS CRIES

Il existe neuf communautés cries sur le Eeyou Istchee avec des cultures et des traditions bien vivantes. Notamment l’Institut culturel cri.

LA […]

Suzy Basile, une femme engagée dans son milieu

Cet article s’inscrit dans la série qui témoigne du renouvellement de l’exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec. Aujourd’hui, nous amorçons la présentation des membres du comité scientifique.

_______________________________________________________________

Suzy Basile

Originaire de Wemotaci, l’une des trois communautés atikamekw situées au Centre du Québec, Suzy Basile est chargée de projets de dossiers autochtones à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscaminque (UQAT). Elle a une formation académique en anthropologie et a fait sa maîtrise sur l’entrepreneurship touristique en milieu autochtone. Elle débute un doctorat en sciences de l’environnement sur la place et le rôle des femmes dans la gouvernance du territoire et des ressources. Elle a travaillé comme chercheure au Musée canadien des civilisations et à l’Institut national de la recherche scientifique – urbanisation, culture et société.

Après avoir participé au comité technique de l’Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador (IDDPNQL) à titre de représentante pour l’Association des Femmes Autochtones du Québec (FAQ), elle y a occupé les fonctions de chargée de projets, de coordonnatrice et de directrice générale. Sensible aux partenariats autochtones/non-autochtones, Suzy Basile a coordonné différents groupes de travail et publications, dont le protocole de recherche des Premières Nations du Québec et du Labrador, le protocole de consultation des Premières Nations du Québec et du Labrador ainsi que les actes du séminaire portant sur la propriété intellectuelle et les femmes autochtones.

EN SAVOIR UN PEU PLUS…


DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le rôle principal de l’Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador […]

Premières Nations et Inuit : Cap sur 2012!

Le Musée entreprend un vaste chantier : la nouvelle exposition permanente pour présenter les Premières Nations et les Inuit du Québec.

Nous Premieres Nations_aff74

Nous, les Premières Nations cédera sa place. Inaugurée en 1998, l’exposition connaît un vif succès. L’intérêt pour les cultures autochtones est manifeste. Toutefois, les années ont passé. Malgré les révisions, l’exposition accuse son âge.

Le Musée poursuit sa collaboration avec les Premières Nations et les Inuit. L’équipe vise à travailler de manière rapprochée avec chacun des groupes. Nous dégagerons ensemble les thèmes et, ultimement, les moyens qui les exprimeront.

De premières explorations laissent présager que l’exposition abordera les liens qui se tissent entre territorialités et identités. Déjà, un comité scientifique est formé et le Musée entreprend de nouvelles recherches. Ce comité regroupe des chercheurs non autochtones et autochtones. Ses membres vous seront présentés au fil des prochaines semaines.

Le décompte commence. Quels seront les prochains thèmes? Comment sera renouvelée la mise en valeur de la collection nationale? Quels seront les contours des nouveaux programmes éducatifs et culturels? Plusieurs questions se bousculent. Le calendrier sera bien garni d’ici l’été 2012 alors que la nouvelle exposition aura son existence propre.

Vous avez des idées et des suggestions, n’hésitez pas à communiquer avec nous!

Dany Brown et Laurent Jérôme

Service des expositions

By |23 août 2010|Espaces Premières Nations et Inuit, Expositions, Expositions en préparation|Commentaires fermés sur Premières Nations et Inuit : Cap sur 2012!

Fascinantes momies d’égypte voyage à travers le monde

Entrée de l'exposition Fascinantes momies d'Égypte, au Musée de la civilisation. Photo : Amélie Breton, Perspective.

Depuis le 25 juin dernier et jusqu’à la fin de l’été prochain, les Japonais pourront visiter l’exposition Fascinantes momies d’Égypt, une coproduction du Musée de la civilisation et du Rijksmuseum van Oudheden, Leiden, Pays-Bas. Le Okinawa Prefectural Museum & Art Museum, à Naha City présente actuellement l’exposition.

Par la suite, elle s’arrêtera, dès le 19 septembre, au Fukushima Prefectural Museum of Art de Fukushima City, puis, à partir du 20 avril 2011, à la Takasaki City Gallery, dans la ville du même nom. Finalement, cette tournée japonaise prendra fin à l’Okayama Orient Museum du 2 juillet au 31 août 2011.

Mais ce n’est pas tout! Des pourparlers sont en cours pour que l’exposition soit à l’affiche en Europe durant les trois prochaines années!

Présentée au Musée du 22 avril 2009 au 4 avril 2010, l’exposition Fascinantes momies d’Égypte avait connu un achalandage impressionnant de plus de 720 000 visiteurs. Elle avait inspiré la programmation de la relâche scolaire 2010 qui avait affiché un total de 30 520 entrées.

By |22 juillet 2010|Expositions|Commentaires fermés sur Fascinantes momies d’égypte voyage à travers le monde

be-bap-a-riff-a, concours de création musicale

La musique ça s’écoute, ça se regarde, ça se comprend et…ça se joue!

L’exposition RIFF. Quand l’Afrique fait vibrer les Amériques est une belle occasion pour nous de découvrir vos talents de musicien. Elle nous aide à percevoir la filiation entre les racines de la musique africaine et la musique contemporaine du continent américain, à vous de nous montrer comment vous réinterprétez aujourd’hui ces influences.

À l'interieur de l'exposition RIFF

Nous l’évoquions le 14 juin… c’est maintenant officiel!

En association avec l’émission Bande à part, nous vous proposons de nous partager vos créations musicales en participant au concours de création musicale be-bap-a-riff-a!

Comment faire? Rien de plus simple! Il vous suffit de télécharger un ou plusieurs morceaux de votre composition qui évoquent les thématiques de l’exposition sur le site du concours. Une seule contrainte, votre création musicale doit inclure au moins un riff d’instrument acoustique. Et évoquer le propos de l’exposition, évidemment!

Le concours est ouvert à tous, petits et grands, amateurs ou professionnels, et se déroule jusqu’au 30 Septembre 2010. Il récompensera deux gagnants:

Un jury désignera la bande sonore qui accompagnera la promotion télé de l’exposition à partir d’octobre et permettra à son auteur d’assister à un stage de production de 2 jours à l’émission Bande à part!

Ce jury sera composé de :

  • Serge Lacasse de la Faculté de musique du l’Université Laval
  • Martin Leblanc du Musée de la civilisation
  • Blaise Fortier des Jeunes Musiciens du Monde
  • Louis-Richard Trembaly, chef des émissions à Bande à part et Espace Musique

Vous avez toute une bande de fans qui vous […]