Faire voyager nos excréments dans l’eau potable, est-ce vraiment une bonne idée?

Quand on sait que la toilette conventionnelle utilise en moyenne 18 litres d’eau –pompée, filtrée et traitée – pour faire disparaitre environ 0,4 litre de déchets, ça ne semble pas très responsable!

ô merde!

Présentée
par
Icône de l'exposition Ô merde

En fait, près du tiers de l’eau potable qu’on utilise chaque jour sert à transporter nos déjections. Pour réduire la quantité d’eau ainsi gaspillée, un petit truc simple consiste à placer une bouteille remplie d’eau dans le réservoir de la toilette.

Évidemment, lorsqu’on s’apprête à remplacer les appareils sanitaires, considérer une toilette à faible débit d’eau est avantageux, surtout que ces appareils sont « nettement » plus efficaces qu’autrefois!

Mais tout cela ne règle pas notre problème initial : on fait transiter notre crotte dans de l’eau qu’on aurait pu boire… et qu’il faut maintenant nettoyer!

Il faut bien s’en débarrasser d’une manière ou d’une autre, direz-vous…

Eh! Bien, pas nécessairement. S’il y a une chose qui est claire (comme de l’eau), c’est que les excréments humains peuvent être revalorisés. Comme on le fait avec le fumier!

Les vidéos de l’expo…

L’invention géniale de la toilette sèche

La valorisation des excréments n’était pas l’objectif d’Henry Moule lorsqu’il a conçu au cours des années 1860 sa toilette sèche à terre. Il cherchait surtout un moyen propre de déféquer ailleurs que dans le caniveau. Ou dans les rivières où les gens s’abreuvaient…

Photo de la toilette sèche à terre d'Henri Moule.

N’empêche! L’idée d’employer comme fertilisant une ressource inépuisable et sous-estimée a éventuellement germé. Cela fait aujourd’hui partie des motivations à installer des toilettes sèches un peu partout au monde – et pas seulement là où l’eau courante n’est pas disponible.

Chez nous, l’installation de cabinets à terreau est pour le moment réservée aux résidences isolées, comme les chalets, et certaines conditions bien précises encadrent leur utilisation ainsi que l’emploi des résidus comme fertilisant.

Photographie de trois toilettes sèches dans l'exposition ô merde!

Dans tous les cas, on est bien loin de la « bécosse » ou du trou dans la forêt! De nombreux modèles sont commercialisés, comme ceux des compagnies EcodomeoSeparett ou Sun-Mar, présentés dans l’exposition Ô merde!

Si ces appareils ne sont pas près de détrôner la bonne vieille chasse d’eau dans les toilettes publiques du Musée – ou dans les maisons urbaines – il y a quand même fort à parier que l’avenir du caca ne soit pas dans l’eau potable.

D’autres contenus pour provoquer le changement…

Suivez-nous sur Facebook et Instagram pour découvrir toujours plus de contenu en lien avec l’exposition Ô merde!

Ô merde! …et après?

Photo de la toilette sèche à terre d'Henri Moule

Vous avez visité l’exposition Ô Merde! la quantité d’enjeux sociaux et environnementaux que génèrent nos excréments vous a soufflé? C’est normal. Il y a beaucoup à apprendre sur cette matière organique universelle! Découvrez ici tout ce que vous pouvez faire pour provoquer le changement positivement et durablement.

Lire sur le blogue du Musée

Pourquoi faut-il économiser l’eau des toilettes?

Photo d'une toilette dont la chasse vient d'être tirée

Selon Environnement Canada, chaque canadien consomme en moyenne environ 329 litres d’eau par jour. Plus de la moitié de ce volume d’eau serait utilisée par pur gaspillage et non par nécessité. La salle de bains représente environ 65 % de l’utilisation de l’eau à l’intérieur de la maison. C’est donc à cet endroit qu’il est possible de réaliser les plus grandes économies!

Lire sur le site de la CMMTQ

S’impliquer pour provoquer le changement

Photographie d'une équipe d'employés du Musée à l'usine de traitement des eaux usées de Québec.

Être préoccupé par la préservation de l’eau potable, c’est bien! S’impliquer pour un changement positif, c’est encore mieux! Tout commence par trouver où et comment s’impliquer.

Lire sur le blogue du Musée